Financement des zones protégées : une étude de cas costaricain

septembre 19, 2005 | Written BY : admin_test

Les zones protégées sont reconnues depuis longtemps comme un patrimoine naturel de grande valeur : elles sont précieuses non seulement du fait qu’elles sont des données de référence pour des études scientifiques, des zones réservées à l’habitat fauniques et des destinations touristiques, mais aussi en raison de leur rôle dans la conservation de la biodiversité ainsi que des services environnementaux inestimables qu’elles fournissent, dont l’eau potable et l’hydroélectricité, entre autres.

Or, pour protéger efficacement ces paysages désignés, il faut de l’argent. Au cours des dernières années, certains pays et organismes explorent le concept de paiement des services environnementaux (PSE) comme source de financement possible pour la protection de l’environnement. L’idée sous-jacente au PSE est que des bénéficiaires externes effectuent des paiements directs aux détenteurs fonciers et utilisateurs locaux pour permettre alors à ces derniers d’adopter des pratiques qui contribuent à la conservation et la restauration de l’écosystème[1].

Parc national Tapanti

Le parc national Tapanti Macizo de la Muerte abrite plus de 20 p. 100 des espèces animales de la Costa Rica, notamment des tapirs et des jaguarondis en voie de disparition, et contient, entre autres, le rare écosystème de forêt subalpine du paramo. Cependant, l’exploitation illégale des plantes et des animaux met en péril le parc et va à l’encontre des efforts de conservation. Les responsables du parc affirment qu’ils auront besoin, en plus de leur budget annuel de 245 000 $US, d’une somme de 100 000 US$ au cours des quatre prochaines années pour l’équipement, l’infrastructure et l’entretien.

En juillet 2005, avec l’appui du CATIE, une étudiante diplômée du Groupe Environmental Systems Analysis [« Analyse des systèmes environnementaux »] de l’université de Wageningen, aux Pays-Bas, a terminé sa thèse sur les services d’écosystème et les mécanismes de financement des zones protégées (« Ecosystem Services of, and Financing Mechanisms for Protected Areas »). Florence Bernard a fait porter sa recherche sur le parc national Tapanti, un partenaire de la forêt modèle Reventazón, et plus spécifiquement sur les trois principaux services d’écosystème, à savoir la diversité, l’approvisionnement en eau ainsi que les loisirs et le tourisme.

En plus de l’extrême diversité de plantes et d’animaux qui vivent dans le parc national Tapanti, Bernard a constaté que 25 p. 100 de la population du pays bénéficie du service d’approvisionnement en eau du parc pour ce qui est de l’eau potable et de l’hydroélectricité. Elle estime par ailleurs que le secteur des loisirs et du tourisme est considérablement sous-développé faute d’équipement, d’infrastructure et de personnel.

En termes généraux, Bernard recommande de financer le parc au moyen des paiements de ceux qui utilisent gratuitement ses services environnementaux à l’heure actuelle – par exemple les compagnies d’électricité et les consommateurs d’eau et d’électricité. Elle propose aussi la création de possibilités de tourisme qui mettent à contribution les petites collectivités locales autour du parc. Par ces moyens et d’autres, le parc pourrait largement générer des fonds dont il a besoin pour fonctionner de façon effective et efficace. En dernier lieu, Bernard indique que la surveillance des mécanismes de financement est primordiale pour s’assurer que les objectifs de conservation, de gestion durable des forêts et d’équité sociale sont atteints.

L’étude de Bernard est une des nombreuses études facilitées par la Forêt modèle. Pour en savoir davantage, veuillez communiquer avec M. José Joaquín Campos (jcampos@catie.ac.cr) du Réseau régional des forêts modèles de l’Amérique latine et des Caraïbes ou avec M. Rudolf de Groot de l’Université de Wageningen (dolf.degroot@wur.nl).


[1] Sven Wunder, Payments for Environmental Services: Some Nuts and BoltsCIFOR Occasional Paper no 42, 2005, Centre for Indonesia

© 2019 Réseau international de forêts modèles

Ce site Web a été développé avec le soutien du gouvernement du Canada.