L’adaptation au changement climatique dans les forets modèles du Cameroun

janvier 22, 2014 | Written BY : admin_test

B‑ADAPT (Business éco-agricole pour l’adaptation aux changements climatiques)

Les changements climatiques et les phénomènes météorologiques extrêmes perturbent les systèmes de production agroalimentaire, ce qui peut avoir des conséquences néfastes sur la sécurité alimentaire et la subsistance des populations dans des pays comme le Cameroun où de nombreux petits exploitants pratiquent l’agriculture et collectent des produits forestiers pour assurer leur subsistance.

« Les gens ne peuvent plus compter sur des précipitions régulières », mentionne Gabriel Sarasin, chef du projet B-ADAPT au Cameroun. « Ils ont besoin d’aide pour rendre leur agriculture plus résistante à la sécheresse et aussi pour gagner de l’argent pour faire un peu d’économies. Avoir de la nourriture, c’est important, mais ils doivent aussi pouvoir mettre un peu d’argent de côté au cas où ils auraient des problèmes de santé ou le rendement agricole serait mauvais durant une année donnée ».

L’adoption de pratiques agricoles et agroforestières efficaces qui tiennent compte des conditions climatiques peut aider à accroître la productivité et le bien-être de la population locale, tout en continuant à promouvoir la diversité des paysages traditionnels soutenus par les petits exploitants et en contribuant à réduire le déboisement. Dans le cadre du projet B‑ADAPT (« Business éco-agricole pour l’adaptation aux changements climatiques »), des bénévoles collaborent avec des communautés pour augmenter la productivité agricole et bâtir de petites entreprises en vue d’accroître la capacité d’adaptation aux difficultés posées par les changements climatiques.


Les bénéficiaires du projet sont notamment les femmes, les jeunes et les communautés autochtones, qui contribuent tous au système alimentaire du Cameroun. Le projet vise à :

·         améliorer les techniques agricoles, notamment l’utilisation d’engrais biologiques;
·         promouvoir l’utilisation de semences résistantes à la sécheresse;
·         renforcer les efforts de commercialisation et à exploiter de nouvelles possibilités d’affaires selon l’approche de la « chaîne de valeur ».

Le présent projet soutient 234 fermes écoles avec 1 948 producteurs dans 226 villages au sein des deux forêts modèles du Cameroun : Campo Ma’an et Dja et Mpomo. Soixante pour cent (60 %) des fermes écoles sont dirigées par des femmes et des membres de la population autochtone qui assurent les fonctions d’éducateurs pour les pairs au sein de leurs communautés. Les écoles constituent des espaces d’apprentissage où les fermiers locaux mettent à l’essai des innovations et en font la promotion auprès d’autres fermiers, et travaillent ensemble pour accéder au microfinancement, renforcer les chaînes de valeur et obtenir un meilleur accès aux marchés.

La structure de gouvernance des forêts modèles, la capacité de rejoindre des centaines de communautés et l’héritage laissée par les projets précédents de renforcement de la capacité de développement économique ont facilité la mise en œuvre rapide du projet et la vaste mobilisation des exploitants.

Le projet B-ADAPT est en cours de mise en œuvre par Cuso International, le Réseau africain de forêts modèles et VSO Cameroun, et est financé grâce à une subvention octroyée par le ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement du Canada.


Regardez la vidéo de l’entretien de six minutes mené auprès de Gabriel Sarasin, chef du projet B‑ADAPT : http://www.youtube.com/watch?v=SYN8Iy_G8Xo

Pour plus d’informations sur B-ADAPT, visitez: http://bit.ly/Hmo0sj (Cuso International) et http://bit.ly/JX674n (Landscape Blog for People, Food and Nature).

Pour des occasions de stages à titre de bénévoles, visitez : http://volunteerplacementsoverseas.org/english/volunteeropenings.asp

© 2019 Réseau international de forêts modèles

Ce site Web a été développé avec le soutien du gouvernement du Canada.