Les groupes autochtones canadiens et suédois signent une entente de coopération

septembre 29, 2004 | Written BY : admin_test

Bien que les partenaires de la Premières nations de la Saskatchewan, de la forêt modèle de Prince Albert (FMPA) du Canada et les partenaires saamí de la toute récente forêt modèle de Vilhelmina soient séparés par un océan, les deux groupes autochtones visent un même but très important : s’assurer que leur cultures et leurs traditions, dépendant de la forêt, survivent ― voire se développent ― dans un monde en rapide évolution.

Tant les peuples des Premières nations de la forêt modèle du PA que les Saamí dépendent de la forêt pour assurer leur subsistance. Alors que les peuples des Premières nations travaillent dans des entreprises de scieries ainsi que dans la production et la vente d’objets d’art et d’artisanat, tels que les paniers en écorce et la peau tannée d’orignal, les Saamí, qui sont par tradition des éleveurs de rennes, produisent et vendent la peau et la viande de renne, et créent de célèbres objets d’art et d’artisanat à partir des cornes et des os de renne.

Étant donné le but commun et les moyens de subsistance similaires des deux groupes, le développement d’un partenariat dans lequel chacun peut bénéficier de la connaissance et des expériences de l’autre est une étape naturelle. Dès lors, le 4 septembre2004, les partenaires des Premières nations de la forêt modèle de Prince Albert, des villages saamí au nord et au sud de Vilhelmina et de l’Association Fatmomakke saamí ont signé une lettre d’intention de coopération, à Fatmomakke, au nord de la Suède.

La lettre a été signée lors d’une occasion historique importante pour les Saamí ― le 100e anniversaire de la création de l’Association Fatmomakke saamí et la sélection d’un représentant pour soumettre au gouvernement suédois les préoccupations des Saamí. La création d’une telle association en 1904 était une tâche monumentale, compte tenu des grandes distances entre les différents groupes saamí ainsi que du manque de communication et de transport.

« La lettre d’intention de coopération était un merveilleux cadeau d’anniversaire de la part de nos frères et sœurs autochtones du Canada » a dit Karin Baer, la dirigeante du village saamí du nord et un des signataires de l’entente. « Nous espérons que nous pourrons communiquer entre nous dans des moments difficiles comme dans des moments de joie. »

« Il était donc fort à-propos que nos deux groupes autochtones ont conclu cette entente le jour du centenaire de l’AssociationFatmomakke saamí » a dit Gene Kimbley, le directeur général de la FMFH qui a signé la lettre d’intention au nom des partenaires des Premières nations de la forêt modèle de Prince Albert. « Comme peuples autochtones, bien que nous voulions garder un pied dans le passé en préservant notre culture et nos traditions, nous entendons nous faire une place dans le 21esiècle en menant la recherche la plus récente sur la GDF, ainsi qu’en utilisant et en partageant les résultats. »

La coopération qui se traduira par l’échange de personnes, d’idées et d’expériences suit immédiatement le lancement de la forêt modèle de Vilhelmina, qui a eu lieu le 1er septembre 2004. Toutefois, la source de l’entente remonte à 2002 quand le Canada, qui a le statut d’observateur dans le groupe de travail euro-arctique de Barents sur le secteur forestier, a été invité à présenter le Programme de forêts modèles. Lors, Ken Macartney du consulat canadien à Stockholm a suscité l’intérêt de Leif Jougda, un expert en aménagement auprès du Conseil régional de la foresterie de la Suède dans le comté de Västerbotten, par rapport au succès de l’approche des forêts modèles dans, entre autres, la résolution des différends relatifs à l’utilisation du territoire.

© 2019 Réseau international de forêts modèles

Ce site Web a été développé avec le soutien du gouvernement du Canada.