Nouvelles 2008

mai 27, 2009 | Written BY : admin_test

Appel du Conseil consultatif international
Jim Farrell, président du conseil d’administration du SRIFM, a invité à Ottawa les meilleurs experts en gestion durable des ressources naturelles du monde entier pour discuter de l’avenir du RIFM dans le cadre du paysage mondial des initiatives en matière de gestion durable des forêts. On a également demandé au Conseil consultatif de trouver des solutions pour s’assurer que le réseau non seulement continuera de s’accroître, mais aussi que son travail sera pertinent et pourra être mis en œuvre.

La première réunion du Conseil consultatif international a eu lieu les 11 et 12 octobre derniers. Parmi les participants, mentionnons M. Hosny El Lakany, professeur auxiliaire à l’Université de Colombie-Britannique, Department of Forest Resources Management; Risto Paivinen, directeur, European Forest Institute; Mme Chimère Diaw, CIFOR (Centre pour la recherche forestière internationale); M. Peter Bridgewater, ancien secrétaire général, Convention de Ramsar; Nik Lopoukhine, président, Commission mondiale des zones protégées de l’IUCN ainsi que des membres du conseil d’administration du SRIFM.

En organisant cette réunion, nous nous sommes efforcés de regrouper des experts qui venaient tout juste de découvrir le RIFM et/ou dont la participation au sein de celui-ci était récente pour obtenir de réelles perspectives et opinions externes en vue de pouvoir comparer et opposer le RIFM à d’autres initiatives en matière de gestion durable des forêts, et ainsi d’augmenter les chances d’orienter la discussion dans de nouvelles directions. Au dire de tout le monde, ces échanges ont été profitables puisqu’ils ont permis d’atteindre les objectifs fixés.

La première journée de la réunion a été principalement axée sur l’histoire et l’expérience du RIFM ainsi que sur son évolution au cours des 12 dernières années depuis la création du Secrétariat. La deuxième journée a, quant à elle, été tournée vers l’avenir et a permis de développer certaines idées précises sur la façon dont le RIFM peut mieux se placer en position favorable. Le fait que les relations à long terme favorisées par le développement de la structure de forêt modèle contribuent d’une façon unique et inestimable à la réalisation de solutions concrètes et le fait que le concept de forêt modèle semble être introduit avec succès dans une démarche écosystémique ont fait l’objet d’un fort consensus. Le fait que cette démarche puisse fonctionner et fonctionne déjà dans des endroits très différents et qu’un objectif précis de « réseautage » soit mis en place pour accélérer les connaissances et l’innovation sont autant d’éléments importants qui devraient être développés davantage dans la communauté internationale.

Cependant, on a également noté que le « corps de preuves » du RIFM, qui démontre les répercussions et illustre le travail mis en œuvre sur le terrain, reste sous-développé et que l’initiative elle-même n’est que peu généralisée au niveau international. Le Secrétariat s’est vu ordonner de travailler avec plus d’assurance pour chercher et assurer sa place en matière de gestion durable des forêts au niveau international et de réaliser une base de données et de connaissances qui consignera l’histoire des forêts modèles.

En s’appuyant sur ces discussions ainsi que sur ces recommandations et sur d’autres, le SRFIM s’est déjà mis au travail et il profitera notamment du Forum mondial de juin 2008 pour mieux documenter l’histoire du RIFM. Un registre des discussions sera bientôt disponible sur le site Web du SRIFM.

Un membre estimé du RIFM s’en va
Le Réseau international des forêts modèles (RIFM) souhaite remercier Santiago Elmúdesi pour les dix années qu’il a passées au poste de directeur général de la forêt modèle de Chiloé au Chili. Après une longue et difficile période de délibération, Santiago a récemment présenté sa démission au conseil d’administration de la forêt modèle de Chiloé. Pendant le mandat de Santiago, la forêt modèle de Chiloé a prospéré et représente un exemple réussi de développement durable communautaire. L’enthousiasme et les connaissances de Santiago vont nous manquer. Nous lui souhaitons beaucoup de succès dans toutes ses entreprises. Merci M.Elmúdesi!

Le comité de réseautage du RIFM tient sa réunion inaugurale
Grâce à sa rapide expansion dans le RIFM et son réel potentiel de croissance, le réseau doit revoir et mettre à jour l’idée de « réseautage » en matière d’objectif, de structure, de forme et de fonction. Dans ce contexte, il doit s’attacher aux rôles respectifs des membres du RIFM ainsi qu’aux questions liées à la prise en charge organisationnelle et financière du « réseautage », de même qu’aux créneaux stratégiques que le réseau et ses membres peuvent prendre.

Au cours d’une réunion qui s’est tenue lors du lancement de la Forêt modèle d’Urbión, en Espagne, des représentants de toutes les régions du RIFM se sont entretenus et ont convenu d’aller de l’avant et de former officiellement un comité de « réseautage ». À cette fin, le SRIFM a organisé au mois d’octobre, à Ottawa, une réunion où des représentants régionaux du réseau se sont rencontrés officiellement pour la première fois afin de parler du thème du « réseautage » international en rapport avec les forêts modèles.

Lors de la réunion d’Ottawa, les participants ont échangé des points de vue sur la façon dont le comité entend planifier et agir au nom des membres du RIFM dans le domaine du « réseautage ». Le comité de réseautage agira plus particulièrement en tant que groupe stratégique dépendant du secrétariat du RIFM, en tant qu’organisme chargé de déterminer les tendances, les enjeux et les perspectives à l’échelle mondiale et régionale, issus de l’expérience des membres du réseau, et en tant que facilitateur et correspondant pour le flux d’information, d’expertise et d’expérience entre les régions.

Les participants ont également clairement indiqué ce que le comité n’est pas-il ne s’agit pas d’un organe directeur ou politique, il n’est ni bureaucratique, ni hiérarchique et il n’est pas considéré comme le seul endroit où des fonctions d’analyse stratégique, de synthèse scientifique, de mobilisation de ressources ou autres peuvent être mises en œuvre, fonctions qui devraient, en fait, représenter des réalités multiniveaux dans le réseau.

Un historique ainsi que d’autres renseignements généraux sur le comité de réseautage du RIFM seront bientôt disponibles sur le site Web du RIFM. Les procès-verbaux de la réunion d’octobre seront mis à votre disposition lorsqu’ils seront rédigés. Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Peter Besseau, directeur exécutif, Secrétariat du RIFM, à l’adresse suivante : pbesseau@nrcan.gc.ca.

Initiative circumboréale : Prochaines étapes
Les changements climatiques et ses répercussions sur les communautés rurales doivent être prises en compte au niveau de l’écosystème. C’est l’un des sujets qui a été abordé par les représentants des forêts modèles et des organismes associés des nations circumboréales à Ottawa, le 18 octobre. Parmi les thèmes essentiels évoqués lors de l’échange stratégique, mentionnons les changements climatiques, la biodiversité et les communautés viables à l’échelle des nations boréales de Suède, de Russie et du Canada.

Étant donné que le réseau des forêts modèles ne peut pas agir comme unique source de démonstration et de test, les forêts modèles sont vraiment bien placées pour mettre en œuvre des projets et les mener à bien dans ce domaine. Cela fait 15 ans que les forêts modèles sont étudiées dans les nations boréales. Pendant toutes ces années, elles ont été surveillées, documentées et testées au carbone. Elles sont également étroitement liées aux communautés rurales qui luttent pour adapter les effets des changements climatiques à leurs moyens de subsistance et à leurs écopaysages. Eu égard à leur longévité et à l’efficacité de la démarche à l’échelle du paysage et du mécanisme d’exécution, les forêts modèles ont un rôle à jouer.

Les gouvernements des nations boréales doivent reconnaître un intérêt commun et consacrer des ressources à la mise en œuvre du test des concepts liés aux changements climatiques sur le terrain. Les prochaines étapes liées à l’objectif fixé sont les suivantes :

  • élaborer un mandat pour un groupe de travail circumboréal;
  • élaborer un document de conception préparé conjointement avec le Canada, la Suède et la Russie qui permettra de demander la participation d’autres nations boréales;
  • encourager ce concept au niveau fédéral dans le but de confirmer le soutien d’une démarche circumboréale;
  • obtenir des financements.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Peter Besseau, directeur exécutif, Secrétariat du RIFM, à l’adresse suivante : pbesseau@nrcan.gc.ca.

Programme « Sami-Indigenous Leadership Exchange » entre la Suède et le Canada
Une délégation de six chefs de file étudiants indigènes de la Forêt modèle de Prince Albert ont visité la Suède du 8 au 19 septembre dans le cadre du programme « Sami-Indigenous Leadership Exchange » entre la Suède et le Canada, appuyé par l’ambassade du Canada à Stockholm. Cet échange avait pour objet de partager des idées et des expériences, de consolider la coopération entre les chefs de file indigènes de Suède et du Canada ainsi que de renforcer davantage les liens entre les Forêts modèles de ces deux pays. En mars 2007, l’ambassade a appuyé une visite de six jeunes chefs de file du peuple sami du nord de la Suède dans la Forêt modèle de Prince Albert, en Saskatchewan. Cet échange a permis aux représentants du peuple sami de partager l’information sur leur culture et, en retour, d’en apprendre plus sur la culture et le patrimoine indigène des Canadiens.

Les jeunes chefs de file autochtones se rendant en Suède ont été sélectionnés parmi un groupe de métis et de Premières nations associés à la gestion des ressources naturelles ou suivant des études dans ce domaine. Ils ont été choisis en fonction de leur relation personnelle avec leur patrimoine métis et Premières nations, leur aptitude à la communication ainsi qu’à leur capacité à jouer un rôle de modèle et d’ambassadeur.

En Suède, les chefs de file étudiants ont visité la Forêt modèle de Vilhelmina dans la partie septentrionale du pays, ils ont rencontré des chefs de file confirmés de la communauté et du Parlement sami, ils ont enrichi leurs connaissances sur l’élevage des rennes, sur les pratiques de chasse et sur le patrimoine culturel sami. Ils se sont également rendus à Stockholm pour rencontrer Alexandra Volkoff, ambassadrice du Canada en Suède, des hauts représentants du Musée national d’ethnographie de Suède et des chercheurs qui travaillent sur les Premières nations du Canada à l’Université de Stockholm. La visite de la délégation dans le nord de la Suède a été largement couverte dans la presse suédoise.

Les intervenants de la Forêt modèle du bassin hydrologique d’Ulot assurent le financement de programmes d’écotourisme et de réduction de la pauvreté
La Fédération des intervenants de la Forêt modèle du bassin hydrologique d’Ulot a présenté des propositions de projets à différentes institutions pour les aider à mettre en œuvre des programmes d’écotourisme et de réduction de la pauvreté pour 2008. L’encouragement et la mise en œuvre de programmes de développement économique et d’écotourisme devraient réduire l’exploitation forestière du bassin hydrologique d’Ulot et ses écosystèmes adjacents.

Cette tâche est la ramification d’une séance de formation pour la préparation et la négociation d’une proposition de projet organisée pour les intervenants de la Forêt modèle du bassin hydrologique d’Ulot par les membres du personnel de la Forêt modèle qui ont participé en 2006 à un atelier sur la proposition de projet du SRIFM sous l’égide de la co-entreprise pour le financement, le CRDI.

Les propositions de financement sont les suivantes :

  • Proposition conceptuelle relative au projet « Household Land Agro-forestry Development Project (HLAFDP) ». Les principaux objectifs de ce projet sont d’encourager les techniques d’agriculture durable, de favoriser les mesures de conservation du sol et de l’eau et d’augmenter les moyens des exploitants agricoles en mettant en œuvre d’autres technologies pertinentes à l’échelle locale.
  • Projet « Eco-Trail and View Deck ». L’objectif à long terme de ce projet d’écotourisme est de protéger, d’accroître et de gérer le Mt. Campo Uno, dans le bassin hydrologique d’Ulot, qui se situe à proximité de la zone protégée du parc naturel de l’Île de Samar.
  • L’objectif du projet « Walk in the Park » est d’obtenir des dons, des contributions, des dotations et des subventions de la part de différents organismes gouvernementaux, de secteurs privés et de particuliers (en espèces ou en nature) qui pourront être utilisés pour construire des sentiers écologiques, des sentiers forestiers aériens et des passerelles d’observation. Ce projet s’inspire des autres zones protégées qui mettent en œuvre des pratiques exemplaires en matière d’écotourisme similaires.
  • Projet de réhabilitation du bassin hydrologique d’Ulot en vue de la réduction de la pauvreté. Ce projet a pour objet de réduire le dépérissement des forêts du bassin hydrologique d’Ulot par la voie de la sensibilisation et du développement économique, notamment l’agroforesterie, la reforestation et l’amélioration du peuplement de rotin et de bois d’œuvre.
  • Installation de tableaux d’affichage écotouristiques pour la boucle écotouristique du bassin hydrologique d’Ulot, qui est également l’habitat du célèbre aigle des Philippines, oiseau en voie de disparition. Ces tableaux d’affichage ont pour objectif d’informer les visiteurs, les amoureux d’écologie et le grand public sur la boucle d’écotourisme du bassin hydrologique de la Forêt modèle d’Ulot.

Les intervenants ont comme priorité la mise en œuvre de programmes écotouristiques qui illustrent le plan d’élaboration écotouristique ayant fait l’objet d’un accord. La mise en œuvre de ce plan a été facilitée par une organisation non gouvernementale, appelée Yakap Kalikasan, en février 2007.

Le personnel de la zone protégée du parc naturel de l’Île de Samar, qui est partenaire de la Forêt modèle du bassin hydrologique d’Ulot, a aidé les intervenants à préparer ces propositions. Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Purificacion Daloos à l’adresse suivante : psdaloos@yahoo.com

Manuels de communication pour experts en technologie : Une boîte à outils pour les organisations à but non lucratif
La technologie permet d’améliorer de différentes façons la portée, la promotion et la communication d’une entreprise. Par cette boîte à outils, on vise à fournir aux organisations à but non lucratif un guide pratique qui les aidera à améliorer leur stratégie de communication en optimisant l’utilisation de la technologie. Cette boîte à outils est disponible sur le site Web d’Eldis à l’adresse suivante : http://www.eldis.org/go/topics/resource-guides/manuals-and-toolkits/communication-manuals&id=31425&type=Document.

Mise à disposition de financement pour les conférences
Le renforcement des capacités et le réseautage sont deux composants fondamentaux de la mise en œuvre de programmes de forêts modèles. La participation aux conférences et aux ateliers est également une bonne manière de promouvoir ces deux aspects. C’est pourquoi le Secrétariat du RIFM a prévu un financement pour les représentants des forêts modèles des pays en développement ou en transition qui souhaitent participer à une conférence ou à un atelier relevant de leur domaine de travail. Veuillez noter qu’un processus d’approbation est prévu. De plus, les participants devront assumer les coûts à l’avance et ils se feront rembourser par le SRIFM (sur présentation de l’original des reçus). Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Christa Mooney, agente de liaison, SRIFM, à l’adresse suivante : cmooney@nrcan.gc.ca au moins deux mois avant vos célébrations.

Base de données de la FAO sur les sources de financement
Lors de la mise en œuvre des activités du Programme forestier national, la principale préoccupation est d’obtenir des ressources financières. Par cette base de données, fournie par le Partenariat de collaboration sur les forêts (PCF), on vise à partager l’information existante sur le financement disponible qui pourrait être utilisé pour les activités du Programme forestier national. Cette base contient de l’information détaillée sur les aides proposées par les institutions financières, les fondations, les banques multilatérales de développement et les organismes donateurs. Avant de présenter une demande de financement, veuillez vérifier les conditions d’admissibilité. La base de données est disponible à l’adresse suivante : http://www.nfp-facility.org/forestry/site/30765/fr/

Bourses WWF Prince Bernhard Scholarships for Nature Conservation 
Les bourses Prince Bernhard Scholarships (PBS) sont décernées à des personnes qui souhaitent poursuivre des études professionnelles ou suivre une formation dans le cadre de la conservation ou de disciplines associées. Nous encourageons vivement les personnes qui cherchent à acquérir des compétences sur des sujets précis leur permettant de participer davantage à la conservation de la nature à présenter leur candidature. Cet appel d’offres s’adresse tout particulièrement aux femmes et aux personnes qui travaillent pour des organisations non gouvernementales ou des organismes communautaires. Dans le cadre des PBS, on prévoit que les étudiants retournent dans leur pays ou leur région d’origine pour travailler dans le domaine de la conservation ou dans un domaine connexe à la fin de leurs études. La date de limite de dépôt des candidatures est le 11 janvier 2008. Pour de plus amples renseignements, veuillez visiter notre site à l’adresse suivante : http://www.panda.org/how_you_can_help/volunteer/prince_bernhard_scholarships/index.cfm

© 2019 Réseau international de forêts modèles

Ce site Web a été développé avec le soutien du gouvernement du Canada.