Forêt Modèle Chocó Andino

En bref

Sur le territoire du nord-ouest du District métropolitain de Quito (DMQ) coexistent une diversité d’organisations privées, gouvernementales et non-gouvernementales, d’associations et de communautés qui se sont engagées à faire de ce territoire un paysage durable. Cependant, les menaces qui pèsent sur ce paysage exigent une combinaison d’efforts accrus, à différents niveaux, pour renforcer la gouvernance environnementale.

La Forêt Modèle Chocó Andino est une plateforme qui permet de créer et de renforcer le dialogue sur l’environnement afin de promouvoir des programmes et des projets ayant des objectifs de production et de conservation durables. Dans les communautés environnantes où ce projet est implanté, il stimule la vision d’un nouveau modèle de développement et de relations avec la terre.

Dans cette optique, la Forêt Modèle Chocó Andino a comme défi principal de se consolider en tant que plateforme permettant un débat respectueux, une concertation et la structuration d’accords avec tous les intervenants sur le territoire. Il est essentiel de mettre en place un modèle de développement alternatif qui tienne compte des particularités de la région, fondé sur la diversité des écosystèmes existants, des systèmes de production diversifiés et durables, du renforcement des capacités locales et de la restauration des écosystèmes.

Paysage

Le territoire du nord-ouest du District métropolitain de Quito (DMQ) est une mosaïque de paysages naturels (52%) et productifs (28%). Le reste du territoire comprend des zones de régénération naturelle, des zones urbaines et des infrastructures. Les richesses naturelles et culturelles sont importantes dans ces quelques 124 296 hectares, car elles se situent à deux endroits particuliers pour la biodiversité, soit le site Tumbes – Chocó – Darién et la région des Andes tropicales.

Cette combinaison d’écorégions se caractérise par une grande biodiversité et surtout un fort endémisme. C’est pourquoi le territoire est considéré comme une priorité pour la conservation au niveau mondial. Au niveau national, cette région constitue un manque à l’encadrement national des aires protégées, selon une étude sur la préservation de la biodiversité dans cette partie continentale de l’Équateur (Cuesta et al., 2007).

Dans la région de la Forêt Modèle Chocó Andino, il existe 11 systèmes écologiques qui s’étendent des prairies de hautes montagnes (páramos) jusqu’aux forêts pluviales et forêts tropicales humides.

Partenariats

Il existe actuellement trois instances et/ou plateformes de coordination et de dialogue sur le territoire, qui regroupent différents intervenants et dont l’étendue géographique dépasse celle d’une paroisse (subdivision administrative de rang inférieur en Équateur). Le premier est le Comité pour la gestion interactive des zones de conservation et d’utilisation durable (ACUS) du Nord-Ouest, le deuxième est le Comité élargi du corridor écologique de l’Ours à lunettes, et le troisième – plus stratégique pour l’institutionnalisation de la Forêt Modèle – est le Commonwealth de la Biorégion Chocó Andino du Nord-Ouest de Quito.

Dans le tableau présenté plus bas (voir Images) vous trouverez des informations pertinentes sur chacune de ces instances, tels la portée et les instruments qui guident leurs actions, les communautés, organisations et institutions qui font partie de chacune de ces instances de gouvernance et la fréquence des réunions.

Dans le cadre de l’accompagnement et de l’inclusion de critères de durabilité dans les plans de développement et de planification territoriaux des paroisses, un premier modèle de gouvernance a été développé pour le Commonwealth de Chocó Andino, qui est structuré tel que présenté dans l’organigramme (voir Images).

Le Conseil d’administration, au niveau des fonctions du Commonwealth, fonctionne comme une structure de direction générale composée des présidents des gouvernements autonomes décentralisés (GAD) et des représentants de leurs unités spécialisées (SGT et SGS). Le Conseil d’administration s’appuie sur la gestion technique pour exécuter des actions administratives, élaborer des règlements, planifier et effectuer un suivi et évaluer les politiques mises en œuvre. La gestion technique est financée par des contributions directes des GAD paroissiaux.

Les secrétariats sont des unités spécialisées qui sont intégrées par un expert qui les coordonne et par les membres des GAD des paroisses affectées dans le secteur thématique correspondant. Il est entendu que le Secrétariat à la gestion du territoire (SGT) correspond à la Forêt Modèle Chocó Andino, dont la structure est composée d’un coordonnateur spécialisé et des 7 représentants des secteurs touristiques et environnementaux des GAD. Le travail du coordonnateur est également financé par des ressources allouées annuellement provenant des GAD paroissiaux.

La Forêt Modèle/SGT est considérée comme une entité jouissant d’une grande autonomie et ses fonctions sont liées à l’orientation des intervenants et au développement de projets sur des thèmes tels : le suivi écologique, le contrôle de l’environnement, la conservation/restauration du patrimoine naturel et archéologique, la communication/éducation et la production environnementale durable.

Durabilité

Objectifs stratégiques:

  • Soutenir la durabilité des zones de conservation et de l’utilisation durable du District métropolitain de Quito (DMQ);
  • Promouvoir les pratiques de conservation au sein de l’ACUS et du corridor de l’Ours à lunettes et renforcer la compatibilité des objectifs de production avec les principes de gestion durable de l’environnement, en coordination avec le Comité de la biosphère de Chocó Andino;
  • Soutenir la production innovante, durable et à valeur ajoutée afin de renforcer la conservation des zones centrales et des vestiges forestiers de la région par le biais d’une stratégie visant à encourager et à promouvoir la production de produits durables;
  • Consolider les groupes multisectoriels, du local au régional, en introduisant une vision régionale et commune de la conservation et de la production durable, renforçant la gouvernance des intervenants locaux qui œuvrent sur le territoire;
  • Insérer dans les plans d’aménagement du territoire, au niveau des paroisses, une vision régionale de l’aménagement du territoire qui prenne en compte l’approche de conservation et d’utilisation durable du DMQ.

Actions clés en cours qui devraient permettre d’atteindre ces objectifs:

  • Renforcer le programme de gestion durable des terres et l’institutionnaliser dans la municipalité de Quito et dans le Commonwealth;
  • Renforcer le réseau de forêts-écoles de Chocó Andino;
  • Promouvoir la coordination et la collaboration au sein du Comité de gestion de la réserve de biosphère;
  • Renforcer la gouvernance environnementale dans le Commonwealth et sur le territoire par le biais de la politique publique du gouvernement municipal et du gouvernement provincial;
  • Former les gouvernements locaux à la gestion forestière et environnementale du paysage.

Principaux impacts créés:

  • Participation et collaboration accrues entre les secteurs public et privé;
  • Une plus grande participation et interaction des gouvernements provinciaux et municipaux avec le ministère de l’Environnement et de l’Eau;
  • Innovation et développement de nouveaux mécanismes financiers permettant l’adoption de pratiques respectueuses de l’environnement et viables;
  • La plateforme de la Forêt Modèle a permis de développer le processus de mise en place de lois (lois environnementales territoriales, politiques publiques) basées sur la réalité du territoire rural, ce qui a permis de déclarer le territoire de Chocó Andino de Pichincha une Réserve de la Biosphère par l’UNESCO en 2018.

Pour en apprendre davantage sur la Forêt Modèle Chocó Andino

Suivez la Forêt Modèle Chocó Andino sur Facebook

vidéo : Chocó Andino de Pichincha (en anglais)

vidéo: Bosques Escuela Mancomunidad Chocó Andino (en espagnol, sous-titré en anglais) 

Article de journal: El Chocó Andino se convierte en la séptima reserva de la biósfera de Ecuador (en espagnol)

Article de journal: Chocó Andino, la nueva Reserva de Biósfera que hace suspirar al mundo (en espagnol)

Article de journal: UNESCO declara al Chocó Andino de Pichincha como Reserva de Biósfera (en espagnol)

Article de journal: El bosque del Chocó Andino, entre las nuevas reservas de la biosfera de la Unesco (en espagnol)

Reconnaissances et distinctions:

  • En 2016, l’ordonnance spéciale n° 137 a été mise en place pour la production durable et la conservation du patrimoine naturel et culturel du territoire qui fait partie de la Forêt Modèle Chocó Andino.
  • En mai 2017, la Forêt Modèle Chocó Andino, qui fait partie du Commonwealth des municipalités de la Biorégion du Chocó Andino, a remporté le Prix Vert de l’Équateur (1ère place) pour sa durabilité, destiné aux municipalités de plus de 100 000 habitants.
  • En septembre 2018, le Conseil de Gouvernance environnementale de la Forêt Modèle Chocó Andino a remporté la plus importante reconnaissance du District métropolitain de Quito, « Marieta de Veintimilla », pour sa contribution à la conservation du patrimoine naturel et culturel de l’Équateur.

Publication « Guía para la restauración de bosques montanos tropicales » (en format PDF, en espagnol):

Modulo-1
Modulo-2
Modulo-3
Modulo-4
Modulo-5

Pays:

Équateur

Région:

Nord-Ouest de Quito-Pichincha

Aire (ha):

126,296

Affiliation régionale:

Réseau ibéro-américain de Forêts Modèles

Année joignant le RIFM:

2016

Nombre d’habitants:

18,000

Coordonnées

Adresse courriel: redbosques.nor@gmail.com

 Les membres du RIFM sont partout dans le monde.
Explorez la carte ou utilisez la liste des sites pour obtenir de plus amples informations.

© 2019 Réseau international de forêts modèles

Ce site Web a été développé avec le soutien du gouvernement du Canada.