Pratiques agricoles alternatives et durables pour lutter contre la dégradation des sols et améliorer la conservation de la biodiversité dans la Forêt Modèle Kodagu

décembre 14, 2021 | Written BY : IMFN

La Forêt Modèle Kodagu participe à une initiative du Fonds pour l’environnement mondial (FEM) visant à réduire la dégradation des sols et à conserver la biodiversité dans les paysages agricoles de deux états de l’Inde. Dans la Forêt Modèle Kodagu, les villages de Thithimathy, Mukkodlu et Porad font partie des 20 micropaysages sélectionnés pour le projet.

Sorting leaves and coffee

Triage des feuilles et du café

L’agriculture est la principale source de revenus dans les zones rurales de l’Inde, avec plus de 90 millions de petits producteurs agricoles dans le pays. Le pays étant confronté à une croissance constante de la population humaine et du cheptel, associée à des politiques de libéralisation économique et commerciale, les agriculteurs sont encouragés à accroître leur productivité agricole. Si l’accès aux engrais est généralement simple, les petits producteurs agricoles sont souvent confrontés à des difficultés telles que : un accès limité aux services techniques et financiers ; une mauvaise connexion aux chaînes d’approvisionnement ; une diminution de la taille de leurs parcelles de terre ; et une dépendance à l’égard de l’irrégularité des précipitations pour l’approvisionnement en eau. Ces défis entraînent une baisse du revenu des familles rurales, une perte de biodiversité (principalement liée à la perte d’habitat), un appauvrissement des sols et une pollution (causée par l’utilisation excessive de pesticides, d’herbicides et d’engrais). Alors que la productivité agricole dépend de la santé des écosystèmes naturels, les nombreuses pressions exercées sur les ressources foncières l’emportent souvent.

Afin de soutenir les agriculteurs dans la recherche de pratiques agricoles alternatives et durables à faible niveau d’intrants et de sécuriser leurs revenus, le FEM, grâce à une collaboration continue avec l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), Rainforest Alliance, le Kodagu Model Forest Trust et de nombreuses autres parties prenantes, a lancé le projet « Transformer les systèmes agricoles et renforcer les économies locales dans les zones à forte biodiversité de l’Inde par la gestion durable des paysages et le financement public-privé ». D’une durée de cinq ans et dotée d’un budget de 6 226 883 dollars (avec un cofinancement de plus de 68 millions de dollars), l’initiative vise à « réduire la dégradation des sols et à conserver la biodiversité dans les paysages agricoles des États d’Andhra Pradesh et de Karnataka, en promouvant la production agricole durable, les chaînes d’approvisionnement et le financement public-privé ».

Le projet se déroulera dans 20 micropaysages de l’Andhra Pradesh et du Karnataka, où le besoin en restauration des terres dégradées et d’actions de conservation de la biodiversité est urgent. Trois de ces micropaysages sont situés dans la Forêt Modèle Kodagu (qui couvre l’ensemble du district de Kodagu dans les Ghâts occidentaux) :  Thithimathi – un paysage forestier, dans lequel la monoculture, les espèces envahissantes et les conflits entre l’homme et la faune[1] sont des problèmes prioritaires ; Mukkodlu – un paysage dégradé, fortement touché par les événements météorologiques, y compris les glissements de terrain ; et Porad – une communauté riveraine stratégiquement située dans le bassin versant du Cauvery, où la restauration des berges est nécessaire.

Le Kodagu Model Forest Trust, reconnu pour son travail considérable et son expertise dans les domaines du développement durable, de la participation communautaire et de l’atténuation des conflits entre l’homme et la faune, est l’organisme local de mise en œuvre des activités qui se déroulent dans ces trois paysages.  Les efforts seront axés sur : la mobilisation et la prestation de services techniques aux producteurs de café du district de Kodagu ; le renforcement des organisations de producteurs agricoles existantes ; le renforcement des liens avec le marché ; la mise en œuvre d’activités liées aux micropaysages par le biais d’un processus participatif s’appuyant sur les structures de gouvernance des intervenants locaux existants ; le renforcement de la conservation des boisés sacrés (classés comme forêts protégées et importants pour la protection de la biodiversité) ; et l’atténuation des conflits entre l’homme et la faune à l’échelle de la ferme et du paysage.

Le Secrétariat du Réseau international de Forêts Modèles tient à féliciter  la Forêt Modèle Kodagu alors que débute cette initiative très intéressante et qui contribuera certainement au renforcement des partenariats en Inde et ailleurs.

Avec des informations provenant du Fonds pour l’environnement mondial.

 

[1] Les conflits entre l’homme et la faune sauvage dans la région sont un problème croissant et impliquent principalement les hommes et les éléphants. Les éléphants sont confrontés à une perte de leur habitat, qui est accélérée par les espèces envahissantes et les feux de forêt. Ce conflit peut conduire les agriculteurs et leurs familles à abandonner leurs terres agricoles et donc à perdre leurs moyens de subsistance. Le conflit génère également des blessures et des décès, tant pour les animaux que pour les humains.

© 2019 Réseau international de forêts modèles

Ce site Web a été développé avec le soutien du gouvernement du Canada.