Un biofertilisant stimule la croissance de l’économie locale au Cameroun

Forêts Modèles de Campo Ma’an et de Dja et Mpomo, Cameroun

Depuis 2013, le Réseau Africain de Forêts Modèles facilite la distribution de biofertilisants aux intervenants dans les Forêts Modèles de Campo Ma’an (région du Sud) et de Dja et Mpomo (région de l’Est) au Cameroun. Les biofertilisants constituent un intrant agricole biologique respectueux de l’environnement et ils sont plus rentables que les engrais chimiques. Ils permettent de cultiver des végétaux sains tout en améliorant la durabilité et la santé du sol. Les micro-organismes présents dans les biofertilisants ont la faculté de fixer l’azote atmosphérique et de lutter contre les maladies, la sécheresse et le stress environnemental.
 
Afin d’assurer un accès à long terme au biofertilisant, le Réseau Africain de Forêts Modèles a aidé à créer un centre de production de biofertilisants à Abong-Mbang. Un rapport publié récemment par le Réseau Africain de Forêts Modèles souligne la réussite de cette entreprise sociale verte, qui est née dans le cadre du projet Business Eco-Agricole pour l’Adaptation au changement climatique (B‑Adapt). Le Réseau a mis tout en œuvre pour accroître la sécurité alimentaire, la résilience ainsi que le développement économique pour les acteurs communautaires au sein des deux Forêts Modèles.
 
Les réalisations du Centre de production de biofertilisants sont les suivantes :

  • Création d’emplois pour les jeunes : Selon des sources officielles, dans la région de l’Est et spécifiquement dans les milieux urbains, comme Abong-Mbang, 5,4 % des hommes et 10,4 % des femmes âgés de 15 à 64 ans sont touchés par le chômage. Lorsque le Centre fonctionne à plein régime, il compte 20 employés à temps plein (des femmes à 60 %). Un système de tontine (épargnes collectives) est en cours de développement afin de consolider l’esprit de solidarité parmi les employés.
  • Augmentation de la demande et de la production des biofertilisants : De 200 kg de biofertilisants produits en août 2014, le Centre est passé à 2 000 kg en novembre 2014 et une production de 20 tonnes est disponible depuis février 2015. Le Centre répond à la demande croissante des petits agriculteurs, des grands producteurs agro-industriels et d’autres associations dans les Forêts Modèles.
  • Création d’un centre de stratégies marketing et de durabilité : Basé sur le modèle d’entrepreneuriat social du Réseau Africain de Forêts Modèles, le Centre vise à satisfaire les besoins du plus grand nombre de producteurs agricoles possible en biofertilisant de qualité, à faible coût, accessible même dans les communautés rurales.
  • Développement de partenariats : En 2013, le ministère de l’Agriculture et du Développement rural (MINADER), qui désirait vivement contribuer à la durabilité des techniques éco-agricoles au Cameroun, a alloué gratuitement un terrain de 2 hectares au Réseau Africain de Forêts Modèles qui sert de champ témoin et de champ expérimental. Une convention d’entente de collaboration avec le MINADER est en cours d’élaboration afin d’élargir la portée du Centre de production de biofertilisants à l’ensemble du territoire national. Dans le même ordre d’idées, une collaboration est en cours d’officialisation entre le Réseau Africain de Forêts Modèles et le projet FOSS (Forest-Savannah Sustainability) qui est mise en œuvre par plusieurs universités (Kyoto, Yaoundé I, Douala et Dschang) et par l’Institut de recherche agricole pour le développement (IRAD) dans le but de développer et de vulgariser les filières de production.

Le Centre de production de biofertilisants du Réseau Africain de Forêts Modèles marque le passage d’un projet à une entreprise sociale verte qui se veut durable, économiquement rentable et viable à long terme. Il témoigne de la stratégie des Forêts Modèles pour développer un réseau d’entreprises sociales pour les Forêts Modèles qui soit en mesure de créer de la richesse à l’échelle rurale en peu de temps.
 
Le projet B-Adapt est un partenariat entre le Réseau Africain de Forêts Modèles et CUSO International qui bénéficie du soutien du gouvernement du Canada par l’entremise du ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement (le Fonds canadien pour la résilience climatique en Afrique).

 
Pour de plus amples renseignements