Redéveloppement du marché de la fourrure dans la forêt modèle du Lac-Saint-Jean

Forêt Modèle Lac-Saint-Jean, Canada

Forêt modèle du Lac-Saint-Jean, dans la province du Québec au Canada, a été créé parce qu’on souhaitait vivement collaborer pour diversifier l’économie fondée sur les forêts de la région. Ses deux principaux objectifs sont d’accroître les occasions dont disposent les résidents de la collectivité à gagner leur vie de manière durable, et d’aider les collectivités à assurer une gestion durable et intégrée des ressources forestières.
 
En tant qu’organisme de développement communautaire sans but lucratif, Forêt modèle a récemment réalisé une étude de pertinence et de faisabilité concernant la mise en œuvre d’une filière d’excellence en fourrure nordique dans l’optique de relancer le marché concurrentiel de la fourrure. L’industrie de la fourrure est étroitement liée à l’histoire du Québec et de la région où, pendant des siècles, elle était une des principales industries des résidents, autochtones et non autochtones. S’appuyant sur la réputation du Québec en ce qui a trait à la qualité exceptionnelle de ses fourrures, Forêt modèle croit qu’elle peut relancer cette industrie traditionnelle.
 
Actuellement, la Filière d’excellence met à niveau des installations existantes qui se chargeront du traitement de la fourrure. Toutes les fourrures feront l’objet des normes éthiques les plus élevées à l’échelle de la chaîne d’approvisionnement, d’apprêtage, de transformation et de commercialisation, des trappeurs aux consommateurs. Grâce à des partenariats avec les collectivités autochtones et les associations de trappeurs, on s’assure d’un approvisionnement durable et équitable en ce qui a trait à cette ressource, tout en ayant accès aux fourrures distinctes de la région. La qualité et la variété des fourrures sauvages au Québec constituent un avantage important dans une industrie mondiale où plus de 80 % de la production est constituée de vison d’élevage. 

Forêt modèle du Lac-Saint-Jean, qui se trouve au cœur de la forêt boréale canadienne, dans l’Est du pays, accueille plusieurs espèces dont la fourrure est intéressante (martre, vison, loutre, lynx, renard, castor). La demande à l’échelle nationale et internationale est en croissance régulière, malgré le ralentissement de l’économie mondiale. De plus en plus, les consommateurs sont informés de l’avantage écologique de cette ressource biodégradable et renouvelable, au contraire des fourrures synthétiques issues du pétrole.  La grappe industrielle intégrée locale s’est aussi associée aux chasseurs de phoques des Îles -de-la-Madeleine, au Québec, et discute avec des chasseurs de phoques et des entreprises de transformation du loup-marin de Terre-Neuve-et-Labrador et de la Nouvelle-Écosse pour traiter les peaux.
 
En outre, Forêt modèle collabore avec ses partenaires ainsi que des organisations et  entreprises locales à mettre  en place un volet de recherche et développement afin de moderniser les techniques d’apprêtage et de transformation, et élabore un programme de formation adapté qui permettra d’appliquer les technologies les plus récentes de traitement de la fourrure, et d’intégrer et de relancer les techniques de traitement autochtones traditionnelles. Serge Harvey, directeur général de Forêt modèle du Lac-Saint-Jean, explique qu’actuellement, « un groupe initial de 10 étudiants a suivi une formation sur les techniques d’apprêtage et de découpage  de la fourrure. Le cégep (collège communautaire) local lancera sous peu un programme spécial à l’intention des groupes élargis. On s’attend à créer, au cours des prochaines années, environ 150 emplois ». Il a ajouté ce qui suit :
 

¨L’équipe de projet prévoit créer deux gammes de produits différents : une qui se fonde sur les méthodes les plus avancées d’apprêtage et de transformation de la fourrure, et une qui se fonde sur les pratiques autochtones ancestrales traditionnelles, en donnant aux jeunes designers des deux cultures plusieurs occasions de se démarquer sur le plan de l’élaboration de ces nouveaux produits de niche.¨
 La création de cette filière d’excellence en fourrure nordique par Forêt modèle du Lac-Saint-Jean peut avoir un effet structurant sur l’économie de la région, surtout celle des collectivités autochtones et rurales où l’industrie de la fourrure a historiquement fait partie intégrante de la culture de la région, et a constitué la première véritable industrie canadienne, jusqu’à son déclin durant les années ’80.

Pour obtenir davantage d’information :
 
•          Forêt modèle du Lac-Saint-Jean : http://www.foretmodeledulacsaintjean.ca/
•          Conseil canadien de la fourrure : http://www.furcouncil.com/accueil.aspx