Gestion du marabou, une plante envahissante, présente à Cuba : Comment tirer le meilleur parti d’une mauvaise situation

Forêt Modèle Sabanas de Manacas, Cuba

La plante marabou, également connue sous le nom de mimosa clochette, est une essence envahissante très agressive à Cuba.   Originaire de l’Afrique du Sud, elle pousse dans tous les sols, à toutes les altitudes et dans tous les microclimats, et se retrouve dans presque tous les types de végétation présents sur l’île. Il s’agit d’un arbre ligneux recouvert d’épines qui peut atteindre jusqu’à huit à dix mètres de hauteur.
 
On estime que le marabou recouvre 1,7 million d’hectares de terres autrefois productives. Il a envahi les terres agricoles abandonnées et peut limiter la capacité de production des aires agricoles actuellement utilisées. Il rivalise pour l’espace dans les aires protégées, empêchant l’établissement d’une végétation indigène. Dans les forêts, sa présence gêne la gestion et la récolte, augmentant de manière importante les coûts.
 
Toutefois, comme ce bois est résistant aux termites, il se révèle intéressant pour un usage domestique qui comprend les poignées d’outils, les meubles, les objets artisanaux, les poteaux de clôture et le bois de chauffage. En outre, sa capacité à brûler lentement en fait une source idéale pour un charbon de haute qualité - son utilisation la plus répandue. Malgré ses avantages indéniables, il s’agit d’une espèce difficile à éliminer et qui demeure indésirable aux yeux de nombreux fermiers et gestionnaires fonciers.
 
Comme 34 % de ses surfaces sont couvertes par le marabou, la Forêt Modèle Sabanas de Manacas de Cuba aborde à la fois le problème de son pouvoir envahissant ainsi que de l’occasion qu’il procure d’améliorer les sources de revenus locales. Les partenaires de cette Forêt Modèle :
 
- récoltent  le marabou et restaurent le terrain en forêt;
- récupèrent la capacité de production de certains terrains avec un potentiel agricole en introduisant des cultures agricoles et du bétail; et
- soutiennent les communautés locales dans la production de charbon à partir du marabou en utilisant des fours artisanaux.
 
Par exemple, un programme de reboisement dans la Forêt Modèle a permis la conversion, sur une période de sept ans, de 3000 hectares infestés de marabou en forêts très productives. Des espèces à croissance rapide et non envahissantes, comme Pinus caribaeaAcacia mangium et Eucalyptus, ont été plantées pour produire de l’ombre et empêcher la régénération du marabou.
 
Récemment, la production de charbon a augmenté à Cuba. On s’attend à ce que la demande en charbon continue à augmenter, alimentée par une croissance constante du tourisme internationale, l’occasion d’un travail autonome et le besoin d’accroître les exportations.
 
La Forêt Modèle étudie l’utilisation d’autres procédés de fabrication pour produire le charbon qui sont plus efficaces, favorisent de meilleures conditions de travail et se traduisent par une production accrue et des sources de revenus améliorées. Dans la Forêt Modèle, des équipes de deux ou trois fermiers travaillent ensemble à sélectionner les meilleurs arbustes de marabou en fonction de leur diamètre et de leur accessibilité. Le marabou est coupé, transporté, trié et, après un placement soigné dans les fours, transformé en charbon par l’intermédiaire d’une combustion lente et contrôlée sur une période de dix à douze jours. Le charbon est ensuite exporté vers le Canada, la Turquie, Israël, le Portugal, l’Italie, l’Espagne et ailleurs. 

 
Comme le marabou est une espèce naturalisée à Cuba et qu’il se retrouve partout dans le pays, l’élimination complète du marabou est presque impossible. La Forêt Modèle vise à réduire le taux de prolifération et à restreindre la surface d’impact du marabou tout en améliorant simultanément les sources de revenus locales.

Pour d’avantage d’information:

http://rifm.net/fr/foret-modele-sabanas-de-manacas

http://www.bosquesmodelo.net/en/sabanas-de-manacas/