Foire aux questions

Qu’est-ce qu’une Forêt Modèle?

Une Forêt Modèle est à la fois un emplacement géographique et une approche de la gestion durable des paysages et des ressources naturelles.

Sur le plan géographique, une Forêt Modèle doit englober un territoire assez grand pour représenter la diversité des utilisations et des valeurs de la forêt. Elle constitue un paysage harmonieux de forêts, de fermes, de zones protégées, de rivières et de villes.

Cette approche repose sur une gestion flexible des paysages et des écosystèmes qui combine les besoins socio-économiques et environnementaux des collectivités locales et la durabilité à long terme des grands paysages. Elle réunit différents intervenants, utilisateurs des ressources naturelles et secteurs de l’utilisation des terres au sein d’un paysage donné et aide à créer une vision commune de la durabilité et à établir un dialogue constructif entre les intervenants. Les personnes concernées déterminent ce que la durabilité signifie dans leur contexte, établissent une vision commune et un ensemble d’objectifs, conçoivent a une structure de gouvernance et un plan stratégique, puis collaborent afin d’atteindre les objectifs fixés dans le plan. En retour, le processus favorise une plus grande confiance et transparence, et renforce la volonté de mettre en œuvre des solutions originales.

 

Réseau international de Forêts Modèles... donc toutes ces forêts sont similaires?

Le Réseau international de Forêts Modèles compte plus de 60 Forêts Modèles dans 30 pays. Ces forêts sont situées dans des régions tropicales, tempérées et boréales et renferment un mélange de terres privées, de communes, de terres publiques de parcs et de zones protégées. On trouve des Forêts Modèles également dans des régions à forte et à faible densité de population.

Les Forêts Modèles doivent se pencher sur différentes questions, notamment la conservation d’espèces menacées et en péril, l’agriculture et l’agroforesterie, l’établissement d’une base économique autour des produits forestiers et non ligneux, la sensibilisation interculturelle des communautés autochtones et non autochtones, l’initiation à l’environnement dans les écoles  et au sein de la population active, l’application de nouvelles technologies telles que GIS, GPS, la biotechnologie, et bien d’autres encore.

Bien que chacune d’entre elles ait sa propre histoire à raconter, les Forêts Modèles visent toutes un même objectif, à savoir la gestion durable des paysages et des ressources naturelles. De plus, chaque Forêt Modèle est assujettie au cadre des principes et des attributs des Forêts Modèles qui offre un même fondement tout en étant assez souple pour permettre l’adaptation au contexte local.

 

Processus de sélection des Forêts Modèles?

Il n’existe aucun modèle standard de création d’une Forêt Modèle. La créativité des parties concernées, ainsi que les circonstances régionales, culturelles et autres, influeront toutes sur la forme et la fonction de la Forêt Modèle qui est en fin de compte créée. Bien que la plupart des processus aient été menés par un organisme gouvernemental national, dans certaines régions, un intervenant différent a assumé un rôle de leadership dans la création d’une Forêt Modèle.

La création d’une Forêt Modèle fonctionnelle prend en moyenne environ deux ans. Une fois la décision de créer une Forêt Modèle prise, une lettre d’intention doit être envoyée au Secrétariat du RIFM ou, si un réseau régional officiel existe, par l’entremise du bureau régional de la Forêt Modèle, qui énonce les intentions de votre groupe. La lettre d’intention est ce sur quoi le Secrétariat du RIFM s’appuie et le réseau régional collaborera avec les intervenants pour créer une Forêt Modèle.

De façon générale, il y a six étapes fondamentales normalement suivies pour créer une Forêt Modèle : 1) se familiariser avec l’approche, 2) choisir l’emplacement, 3) identifier le groupe d’intervenants initiaux, 4) tenir des ateliers afin de discuter de la création d’une Forêt Modèle, 5) élaborer un plan stratégique de Forêt Modèle, 6) présenter une demande et procéder à une évaluation du site.

Selon le niveau de soutien technique qui est disponible dans une région, les rôles et les responsabilités impliquées dans l’établissement de la Forêt Modèle et dans l’examen des demandes d’adhésion au RIFM seront partagés par le Secrétariat du RIFM et un bureau du réseau de Forêts Modèles régional et /ou national.

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter notre Guide de création des Forêts Modèles.

 

Quelle est la structure de gouvernance d’une Forêt Modèle?

La meilleure façon de comprendre les Forêts Modèles consiste à les considérer comme une approche fondée sur une vaste participation des intervenants. Par conséquent, l’une des premières étapes les plus importantes dans la création d’une Forêt Modèle consiste à définir une structure de gouvernance empreinte de clarté afin de veiller à la pleine compréhension des rôles et responsabilités de chaque participant à la Forêt Modèle. Une structure de gouvernance appropriée repose sur les normes des organisations situées dans le pays de la Forêt Modèle, de même que sur des valeurs sociales, culturelles, économiques et autres. L’élaboration d’une structure décisionnelle permet à une Forêt Modèle de créer un environnement procédural dans lequel les parties prenantes dialoguent ensemble et prennent des décisions.

Comme dans le cas de toute organisation, la structure de gouvernance d’une Forêt Modèle comprend deux fonctions étroitement liées :

  1. Gouvernance — La direction, les ressources et la structure nécessaires à la réalisation des orientations stratégiques d’une Forêt Modèle
  2. Gestion — Les activités de programme et les mesures de soutien nécessaires à la réalisation des orientations stratégiques

Les fonctions de gouvernance sont habituellement réservées au conseil d’administration, à un comité de partenariat ou à un autre organisme dirigeant. Ces fonctions comprennent la détermination des orientations stratégiques, le développement des ressources, la responsabilité financière et le renforcement du sens de l’initiative. Les fonctions de gestion sont généralement déléguées au personnel et relèvent de domaines tels que l’administration ou la planification et l’exécution de programmes.

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le Guide de création d’une Forêt Modèle et le Guide de gouvernance des Forêts Modèles.

 

Quelle influence la Forêt Modèle exerce-t-elle sur la gestion du territoire?

La Forêt Modèle ne détient aucun pouvoir de décision ou de gestion sur le territoire ou les ressources naturelles. Tous pouvoirs du genre et les responsabilités de gestion continueront d’incomber aux détenteurs de tenure forestière, aux propriétaires fonciers et aux gestionnaires des terres et des ressources. Toutefois, la Forêt Modèle influence l’utilisation de ressources de trois façons importantes :

  1. Étant donné que le groupe d’intervenants de la Forêt Modèle englobe tous les principaux utilisateurs des ressources (gouvernement, industrie, propriétaires privés et d’autres), ceux-ci participent à la définition de la Forêt Modèle, de ses buts et de son administration.
  2. La Forêt Modèle entreprend des projets, des recherches et d’autres activités sur le territoire en collaboration et moyennant le consentement des principaux détenteurs de tenure. Ces derniers sont par conséquent d'importants bénéficiaires des travaux menés dans la Forêt Modèle.
  3. Les activités d’une Forêt Modèle sont pertinentes au niveau de la politique nationale. Ses activités et ses expériences illustrent les applications de la gestion durable à l’intérieur et à l’extérieur des frontières de la Forêt Modèle. On peut juger que son influence est indirecte et à long terme.

 

Le Secrétariat du RIFM fournit-il une aide financière aux Forêts Modèles?

Le Secrétariat du RIFM n’est pas un organisme subventionnaire et n’a pas l’habitude de fournir une aide financière directe aux Forêts Modèles. S’il y est invité, le Secrétariat du RIFM collaborera avec des Forêts Modèles pour trouver des fonds afin de financer leurs activités de projet, mais il le fait à titre de soutien et non en tant qu’organisme directeur. Il est déjà arrivé que le Secrétariat du RIFM tienne lieu d’agent d’exécution à un organisme subventionnaire. Toutefois, étant donné que le Secrétariat n’a pas un effectif permanent très important, sa capacité d’agir à ce titre est plutôt limitée. Tous les arrangements de ce type sont donc considérés au cas par cas.

 

Combien d’argent faut-il pour établir et exploiter une Forêt Modèle?

Les coûts d’établissement et d’exploitation d’une Forêt Modèle varient énormément. Ils dépendent des infrastructures matérielles, techniques et informatiques existantes d’une région donnée (les conditions de démarrage) ainsi que de l'ampleur du plan stratégique de la Forêt Modèle (ses objectifs et buts). Si, par exemple, le territoire de la Forêt Modèle possède une base de données détaillées sur les ressources et la conjoncture socio-économique accessibles aux membres du partenariat, cela permet des économies de temps et d'argent considérables.

Certains coûts sont des coûts récurrents, tels que les coûts administratifs, les frais de participation aux forums ou réunions annuels ou autres du RIFM, les coûts de gestion et d'actualisation de l'information et les coûts des projets à long terme (p. ex. la surveillance des indicateurs de durabilité à long terme).

La mobilisation des ressources dans une Forêt Modèle est importante. L’avantage des vastes partenariats n’est pas seulement de reconnaître le droit des autres de s’efforcer de venir à bout de problèmes difficiles et d’en tenir compte. Les partenariats de Forêts Modèles ont démontré sans l’ombre d’un doute qu’ils apportent également de nouvelles ressources — des idées, des installations, des données, des services professionnels, l’accès à des responsables des politiques et à des dirigeants communautaires et des liquidités — des ressources dont on ne disposait pas auparavant ou qui ne servaient pas à relever les défis de la gestion durable des paysages et des ressources naturelles.

 

Quel rôle (le cas échéant) la Forêt Modèle joue-t-elle dans la résolution des conflits sur la gestion des ressources?

L’approche de la Forêt Modèle a débuté au paroxysme d’un débat animé et émotionnel sur l’utilisation des ressources forestières et les questions de durabilité. Les convictions continuent encore aujourd’hui d’être fortes parmi les gestionnaires et il est donc nécessaire de les canaliser pour atteindre des buts précis. Les Forêts Modèles ont eu, entre autres retombées intéressantes, celles de l’établissement d'un forum tenu en haute estime et d’un processus permettant de régler les conflits relatifs à l'utilisation des ressources, alors qu'il n'existait aucun forum ou processus fonctionnel au préalable. La Forêt Modèle s'est donc révélée un cadre neutre où des antagonistes de toujours peuvent se livrer à un débat constructif.

 

Quelle est la relation entre la Forêt Modèle et les ententes et conventions internationales?

La  pertinence des Forêts Modèles relativement aux objectifs stratégiques nationaux et internationaux est remarquable. En fait, les travaux exécutés par les Forêts Modèles sont directement liés à plusieurs ententes et conventions cruciales  telles que les suivantes :

  • Convention sur la diversité biologique (CDB)
  • Convention sur la lutte contre la désertification (CCD)
  • Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (UNFCCC)
  • Forum des Nations Unies sur les forêts (FNUF) 
  • Programmes forestières nationaux (PFN)

 

Quels sont les avantages de la participation au RIFM?

La participation au RIFM permet d’avoir accès à des talents et à des connaissances qui aideront les gestionnaires et les utilisateurs à formuler et à mettre en œuvre des politiques à une époque où de nombreux organismes forestiers souffrent d'une pénurie d'effectifs et de fonds. En adhérant au RIFM, les pays, les organismes et les intervenants individuels :

  • favorisent la gérance concertée entre les pays afin d’assurer l’accès aux sciences et aux technologies  ainsi que l’échange de connaissances, d’idées et d’expériences;
  • jouent un rôle de dirigeant dans la promotion des valeurs forestières durable;
  • prennent part à un processus transparent où d’autres peuvent acquérir gratuitement l’expérience du monde réel pour les initiatives de leur Forêt Modèle
  • mettent à l’épreuve des stratégies du programme forestier national ainsi que d’autres démarches innovatrices de la gestion durable des paysages forestiers et des ressources naturelles, qui pourront par la suite être appliquées au-delà des frontières de la Forêt Modèle;
  • contestent les approches existantes et modifient les institutions, les politiques et les lois actuelles;
  • promeuvent et renforcent la capacité communautaire et l’établissement d’un consensus.